La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Actualités

Inauguration du troisième court de tennis 24 juin  2017

 

Cérémonies du 8 mai 2017

Message,lu par monsieur le maire, du secrétaire d’état auprès du ministre de la défense,chargé des anciens combattants et de la mémoire.

 

 

Dépôt de gerbe par monsieur le maire et les élus du conseil municipal des jeunes de CONGENIES

 

Moment très émouvant lorsque  les élus du conseil municipal des jeunes de CONGENIES ont lu:

"Paroles d’étoiles Mémoire d’enfants cachés, 1939 – 1945"

 

 

Inauguration travaux du clocher

Vœux du maire 2017

 

 

Mise à l'honneur

         Cérémonie du 11 novembre

 

Cette année encore de nombreux jeunes concitoyens ont répondu présent  à cette commémoration.

Après un rappel des événements passés durant l'année 1916, les élèves de Mme  Beyssier ont cité les noms des soldats congénois  morts durant la Grande Guerre.

 

Mr le Maire a ensuite lu la lettre du Message du secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense,

chargé des anciens combattants et de la mémoire :

 

Le 11 novembre 1918 annonçait la fin des combats que personne n'osait plus espérer. Cette date mettait fin au long cortège de morts, de blessés, de mutilés, de traumatisés, de veuves et d'orphelins qui accompagnait la Grande Guerre depuis plus de quatre ans. Le Centenaire du premier conflit mondial est l'occasion pour les Françaises et les Français de commémorer cette journée avec une émotion particulière, tant cette histoire est liée pour chacune et chacun d'entre nous à une histoire familiale.

Commémorer le 11 novembre, c'est répondre à la nécessité du souvenir, de l'hommage aux morts et de l'expression de notre reconnaissance. L'année mémorielle 2017 en sera une nouvelle occasion alors que nous nous apprêtons à commémorer l'offensive du Chemin des Dames, à témoigner notre amitié aux Etats-Unis, entrés en guerre le 6 avril 1917, et aux Canadiens qui se sont illustrés dans la prise de Vimy le 9 avril de cette même année.

Commémorer le 11 novembre, c'est aussi comprendre les droits des anciens combattants hérités de cette guerre et l'indispensable structure d'aide, de soutien et d'accompagnement.

 

Créé dans l'urgence des combats en 1916, l'Office national des mutilés et réformés qui deviendra l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre et dont nous célébrons le centenaire cette année, remplit toujours, un siècle plus tard, ses missions historiques de reconnaissance, de solidarité et de réparation au profit de toutes les générations combattantes, de la Seconde Guerre mondiale aux opérations extérieures, en passant par les soldats engagés en Indochine et en Afrique du Nord.

 

Soucieux de pérenniser et d'inscrire dans la pierre l'hommage rendu chaque 11 novembre aux Morts pour la France dans les théâtres extérieurs, le Président de la République a décidé qu'un monument, dont les travaux seront lancés en 2017 à Paris, sera dédié à ces femmes et ces hommes qui ont payé de leur vie leur engagement pour la défense de notre pays et de ses valeurs. Ce futur Haut-lieu de la mémoire nationale entend témoigner à la jeune génération combattante la reconnaissance éternelle de la Nation et rappeler aux Françaises et Français que la liberté dont ils jouissent est aussi due à l'engagement de ces femmes et de ces hommes qui, jusqu'au sacrifice de leur vie, sont prêts à la défendre.

 Veillons à ce qu'aucun de nos enfants ne l'ignore en poursuivant l'indispensable travail de mémoire.

 

 Après avoir entonné La Marseillaise le cortège s'est dispersé pour  ensuite partager le traditionnel verre de l'amitié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une plaque à la mémoire de Charles BOUËT

 

 

 Samedi 24 septembre 2016, une plaque en l’honneur de Charles BOUËT a été dévoilée au 10 avenue des Quakers à Congénies.

A l’initiative de ses enfants, Anny, Jean-Paul, Françoise et Jacques, cette cérémonie était présidée par le député William DUMAS, les conseillers départementaux Françoise LAURENT PERRIGOT, Maryse GIANNACCINI et Christian VALETTE, ainsi que par Michel FEBRER Maire de la commune. De nombreux élus et amis constituaient l’assemblée pour cette occasion. M le sénateur Simon SUTOUR, en déplacement à l’étranger, était excusé.

Maire de Congénies de 1945 à 1983, et conseiller général du canton de Sommières  de 1945 à 1991, Charles BOUËT a été un élu de proximité, toujours proche de la population. A tour de rôle, les orateurs ont pris la parole pour mettre en avant les actions de cet homme, dont la seule ambition était de tirer le territoire vers le haut. Il a permis l’implantation de classes maternelles et d’une garderie à l’école, la construction du bureau de Poste ou encore d’une station d’épuration de nouvelle génération sur la commune.Plus autour de nous, on peut souligner son engagement auprès du Syndicat Intercommunal des Eaux de la Vaunage où il fut président durant de nombreuses années.

Christian VALETTE évoqua celui à qui il succéda au poste de Maire, puis en tant que conseiller général du canton. Il put citer des projets structurants comme celui de la route départementale RD40 entre Caveirac et Sommières, où bien des communes ont eu leur trafic routier allégé. Il put également citer des actions menées en faveur de l’eau, de l’assainissement, de l’électrification ou encore d’équipements sportifs, socio-éducatifs, culturels ou économiques.

Au nom de la famille, Anny, sa fille, pris la parole pour évoquer  aussi son engagement de militant socialiste, depuis le lycée. Homme de droiture et de fidélité, il n’a jamais failli à ses engagements. Mais Charles BOUËT a également connu la guerre où il fut mobilisé sur la bataille de Narvik, dans le bataillon des chasseurs alpins. Il s’engagea ensuite dans la résistance, et conformément à sa personnalité, il resta  toujours très discret sur les actions qu’il mena. Pour illustrer cette période, Anny lut une lettre qu’il adressait à Gisèle son épouse, pour évoquer les longs mois passés loin des siens et de sa commune. Cette évocation a été empreinte d’émotions très fortes.

A l’issue des discours, la plaque fut dévoilée et le verre de l’amitié partagé, ce qui permit à tous d’évoquer la mémoire de Charles.

 

Cérémonies du 8 mai 2016

 

Cette année, à Congénies, la cérémonie du 8 mai a réuni une assemblée multi générationnelle, en présence des membres du conseil municipal, du CMJ (Conseil Municipal des Jeunes) ainsi que de nombreux habitants.

Nos jeunes élus soucieux de ce devoir de mémoire, ont lu un poème de Gisèle Guillermot écrit lors de sa captivité.

A ma mère


Ecoute Maman, je vais te raconter
Ecoute, il faut que tu comprennes
Lui et moi on n’a pas supporté
les livres qu’on brûlait
Les gens qu’on humiliait
Et les bombes lancées
Sur les enfants d’Espagne
Alors on a rêvé
De fraternité...

Ecoute Maman, je vais te raconter,
Ecoute, il faut que tu comprennes
Lui et moi on n’a pas supporté
Les prisons et les camps
Ces gens qu’on torturait
Et ceux qu’on fusillait
Et les petits-enfants
Entassés dans les trains
Alors on a rêvé
De liberté

Ecoute Maman, je vais te raconter,
Ecoute, il faut que tu comprennes
Lui et moi on n’a pas supporté
Alors on s’est battu
Alors on a perdu

Ecoute Maman, il faut que tu comprennes
Ecoute, ne pleures pas ...
Demain sans doute ils vont nous tuer
C’est dur de mourir à vingt ans
Mais sous la neige germe le blé
Et les pommiers déjà bourgeonnent
Ne pleure pas
Demain il fera si beau

Gisèle GUILLEMOT- 1943

Gisèle GUILLEMOT a écrit ce poème en juillet 1943 pendant qu’elle était emprisonnée à Fresnes.

Née dans le Calvados en 1922, elle entre dans la Résistance en 1940 avec cinq de ses camarades. Certains d’entre eux seront fusillés, d’autres décèderont des suites de blessures infligées par les nazis. Gisèle GUILLEMOT fût la seule survivante bien que condamnée à mort par le tribunal spécial de Lübeck.

Elle a écrit de nombreux ouvrages retranscrivant sa vie pendant la guerre. A ma mère, est l’un de ces poèmes les plus connus.

Mme Paulette Redler, première adjointe puis M. Michel Febrer, maire de Congénies, ont pris ensuite la parole pour rappeler à tous le devoir de vigilance face à la montée des extrémismes comme nous l'enseigne l'histoire de cette guerre.

La Marseillaise chantée à l'unisson puis  le verre de l'amitié ont clos cette cérémonie émouvante.

 

Conseil Municipal des Jeunes

 

Le maire de Congénies et le conseil municipal vous informe  des résultats du vote du Conseil Municipal des Jeunes de janvier 2016.

 

Les 9 candidats de la liste ont été élus avec 109 voix, il y a eu 9 votes blancs , soit 118 votants exprimés.

 

La cérémonie d'investiture du premier Conseil Municipal des Jeunes  a eu lieu samedi 16 janvier à 11 heures.

Hommages aux victimes du 13 novembre

 

Congénies a rendu hommage aux victimes des odieux attentats du 13 novembre à Paris.

 

Monsieur Michel Febrer a lu à cette occasion un poème écrit par M. André Puech pour la plantation de l'olivier de la liberté sur le parvis de l'église.

 

"C'est au seuil du printemps que nous avons planté

un superbe olivier près de la vieille église,

et le souffle furtif de la plus faible brise

fait parfois frissonner son feuillage argenté.

Il symbolisera pour nous la liberté,

que nos aïeux, jadis, ont vaillamment conquise

quand, voilà cent ans, la Bastille fut prise

par la juste fureur de Paris révolté...

Lorsque nos descendants passeront près de l'arbre,

lorsqu'ils découvriront, sur la plaque de marbre,

ce beau nom liberté

qui s'y trouve gravé.

Alors ils comprendront qu'il faut tout mettre en œuvre

afin de déjouer les sournoises manœuvres

de ceux qui tenteraient

de la leur enlever !...."

 

Un lieu de vie pour la protection de l'enfance

Route d’Aubais, l’association « Soleil Nature » a racheté la propriété des Chambres d'hôtes Saint Martin.

Il s’agit d’un lieu d'accueil "Elips", qui œuvre dans le champ de la protection de l'enfance

Partenaire entre autres des Parents et Amis d'Enfants Handicapés Moteurs (APAEHM), Il est habilité pour accueillir jusqu'à 10 jeunes de 13 à 21 ans. Ces derniers sont confiés à cette structure par les services sociaux du  département du Gard mais aussi par d'autres départements. 
      Ces jeunes rencontrent à un moment de leur vie une difficulté familiale qui nécessite un accueil plus individualisé que celui offert par une maison d'enfants. A cette fin, une équipe éducative garantissant la continuité de la prise en charge, va proposer des modalités d'accompagnements spécifiques en s'appuyant sur les réseaux de prise en charge existants. Le coût de la prise en charge étant intégralement  financée par le département.
       Parfaitement implantée et reconnue dans le paysage social départemental, cette association et plus particulièrement ce lieu de vie, constitue une réponse de qualité pour les enfants et adolescents gardois concernés.